Amun

Non, les Amérindien·ne·s du Canada ne montent pas toutes et tous à cheval, ni ne vivent dans un tipi ou un wigwam. Et, oui, beaucoup ont le français en partage, tel·le·s les dix auteur·e·s de ce recueil, d’origine innue, huronne-wendate, métisse et crie.

Au-delà de leur appartenance communautaire et quel que soit le chemin fictionnel emprunté, elles et ils partagent le même objectif : se réunir – amun, en langue innue, signifie « rassemblement » – pour qu’on accède, le temps d’une nouvelle, à des mondes inconnus de la plupart d’entre nous.

« Ce n’étaient pas des mondes parfaits. Mais c’étaient nos mondes », écrit Michel Jean qui a dirigé et contribué à ce florilège. Le ton paraît nostalgique ? Ne nous y méprenons pas : ces nouvelles sont la preuve que les cultures autochtones d’Amérique du Nord sont bel et bien vivantes, malgré les offenses qu’elles ont subies – et subissent encore. Sur la plage de sable clair se distingue toujours nettement la poignée de terre rouge.

Outre Michel Jean, ont contribué à ce volume Joséphine Bacon, Maya Cousineau Mollen, Naomi Fontaine, Alyssa Jerome, Natasha Kanapé Fontaine, Melissa Mollen Dupuis, Virginia Pesemapeo Bordeleau, Louis-Karl Picard Sioui et Jean Sioui.

L’illustration de la première de couverture est l’œuvre de l’artiste Olivier Mazoué.

Mise en vente le 23 août 2019
ISBN : 978-2-902039-02-9
Format : 15 cm x 19 cm, broché, 200 pages
14 €

Pour acheter le livre, écrivez-nous via le formulaire, sur la page Infos.
Une participation modique aux frais d’expédition vous sera demandée.

Les lectrices et les lecteurs en parlent

« Des pépites tirées du ruisseau qui illustrent la richesse des cultures autochtones. Un trésor à s’offrir », par la librairie Lhériau à Angers, sur Instagram.

« Une voix murmure incontestablement, entre forêts du Québec et bitume de Montréal, qui porte en elle des accents singuliers, et qui par la grande magie de la littérature imprègne de son souffle la mémoire humaine et son devenir », par Floccus, sur Babelio.

« Une lecture vivante et pleine de poésie dont on goûte avec gourmandise l’univers fictionnel », par la librairie Terre des Livres à Lyon, sur Facebook.

« Un moment de délicatesse, de poésie marqué par une réalité poignante de la condition de ces hommes et femmes appelés “Autochtones ou Premières Nations” », par Chabe37, sur Babelio.

« Une nature majestueuse en toile de fond et l’amour sous toute ses formes, clef de voûte de ces récits aussi puissants que touchants. », par joalie.donc.je.suis, sur Instagram.

« Ce que vous murmurent ou vous crient toutes ces voix c’est qu’elles existent de toutes leurs forces, qu’elles écoutent avec acuité et qu’elles observent le monde d’un œil aiguisé, le ressentent pour mieux s’en faire l’écho. », par Lishbks, sur Babelio.

« Un recueil qui permet d’en connaître un peu plus sur les écrivains des première Nations, tous reconnus et récompensés de prix littéraires ou de poésie, une opportunité pour découvrir chacun des auteurs et approfondir leur univers propre. », par Mimeko, sur Babelio.

« Une très très belle lecture qui complète entre autres ma découverte du peuple Huron-Wendat lors de mon séjour à Wendake cet été. », par Lecturessurordonnances, sur Babelio.

© Olivier Mazoué, Sans titre, 2019.