Le baiser de la Reine blanche

Les frères Okimasis sont des enfants de la toundra. Menant une vie nomade dans l’extrême nord du Manitoba, Champion et Ooneemeetoo sont envoyés dans un pensionnat catholique du Sud lointain. Rebaptisés Jeremiah et Gabriel, ils y apprennent à avoir honte de leur culture et des sévices que les prêtres leur font subir. Grandissant loin des leurs, mais protégés toute leur vie durant par la mystérieuse « Reine blanche », c’est dans les arts qu’ils s’accomplissent, l’un devenant musicien, l’autre danseur. En partie autobiographique, ce roman épique, porté par une langue aux accents de réalisme magique, mêle avec un rare talent les rêves, l’histoire et la mythologie du peuple cri.

La traduction en français du Canada depuis l’anglais du Canada est le fruit du formidable travail de feu le grand poète Robert Dickson.

Les illustrations des première et quatrième de couverture sont l’œuvre de l’artiste Olivier Mazoué.

Paru le 9 septembre 2022
ISBN : 978-2-902039-30-2
Format : 15 cm x 19 cm, broché, 425 pages
22 €

Ce livre peut être commandé en librairie. Si vous préférez le faire expédier, écrivez-nous via le formulaire de contact, sur la page Infos. Une participation aux frais d’expédition vous sera demandée.

Également disponible au format numérique ici et sur toutes les plates-formes de téléchargement légal à 15,99 €.

Les lectrices et les lecteurs en parlent

« Il aura fallu vingt ans pour que l’œuvre de Highway soit véritablement de son temps. Elle était bien en avance […], et aujourd’hui elle est plus pertinente que jamais », Margaret Atwood, Literary Review of Canada, 2016.

« Alternant les passages surréalistes et les scènes d’un réalisme cru, il est un regard neuf, bouleversant, implacable et néanmoins toujours tendre, posé sur l’humaine condition », Hélène Rioux, Lettres québécoises, 2005.

« Le tour de force de Tomson Highway est multiple et ne tient pas seulement dans cette écriture enlevée, tout à la fois jouissive et onirique. Non, le véritable exploit, celui qui élève cette matière riche et imagée à la tranquille dignité du chef-d’oeuvre, est l’incontestable maîtrise avec laquelle il marie la gravité de son sujet et un humour dévastateur pour transformer ce récit d’un épisode sordide de l’histoire canadienne en un formidable opéra baroque », Louis Hamelin, Le Devoir, 2004.

© Olivier Mazoué, Sans titre, 2022